Les poissons

 

Il existe une multitude de poissons, d'eau douce ou de mer prenables à la mouche, des cyprinidés des eaux de deuxième catégorie aux fantastiques bonefishs des flats de Floride ou des Bahamas, en passant par les salmonidés en général et à la truite en particulier.

Les poissons qui suivent sont une sélection de ceux que je préfère ou qui me fascinent le plus.

 

 

Les poissons d'eau douce

 

La truite fario

La truite fario est certainement le poisson d'eau douce le plus recherché par les pêcheurs sportifs un peu partout dans le monde.

Certaines farios connaissent au cours de leurs troisièmes printemps un processus de transformation : la smoltificatiion. Au cours de cette période, des modifications hormonales permettent à la truite de passer dans l'eau salée. Au cours de son voyage la jeune truite va se gaver de harengs et revenir l'année suivante avec une taille d'environ 50 cm.

 

Elle est présente à l'état sauvage dans nos ruisseaux et nos rivières, et se trouve normalement dans tous les cours d'eau de première catégorie. On la rencontre également dans certains grands plans d'eau, ainsi que dans lacs de montagne. La coloration de sa robe dépend de la souche d'origine et de l'habitat, entre autres. Dans les petits cours d'eau peu productifs, les rivières de haute montagne, elle atteint péniblement une taille de 25 cm et un poids de 200 g. Au contraire, dans les riches eaux des grandes rivières, elle peut dépasser les 60 cm et peser plusieurs kilos.

 

Retour en haut de page

 

•••

 

 

La truite arc-en-ciel

C'est en fait la truite que l'on trouve dans nos piscicultures et sur les étals des poissonniers. Ces individus dégénérés aux nageoires rognées ne soutiennent pas la comparaison avec nos farios sauvages. Pourtant, dans leur pays d'origine, les rivières américaines qui descendent des rocheuses vers le pacifique, ce sont des poissons magnifiques, à la livrée argentée ponctuée de noir et dont les flancs à l'approche de la fraye s'ornent de la fameuse bande arc-en-ciel qui leur a donné leur nom (rainbow trout).

Pour le moucheur, l'arc présente un avantage certain sur la fario, elle se nourrie beaucoup plus en surface et possède une défense superieure et en tout cas beaucoup plus spectaculaire fait de divers sauts et cabrioles, quand la fario, elle tentera de se réfugier dans le premier herbier.

La fameuse "Steelhead" qui est un adversaire encore plus redoutable, n'est en fait qu'une arc-en-ciel migratrice.

 

Retour en haut de page

 

•••

 

Le saumon atlantique
 

 

Corps en fuseau couverts de petites écailles, une tête grosse, la robe généralement tachetée ; dans la natation une aisance et une force prodigieuse ; fécondité remarquable, chair excellente, estimée et forme le fond de la nourriture de plusieurs peuples, des mœeurs intéressantes ; tel est le saumon.

En france les principales rivières à saumon sont l'allier, le gave d'Oloron et plusieurs rivières de bretagne. Les populations de saumons français n'ont plus rien à voir avec ce qu'elles étaient dans les années 50, les centrales éléctriques, les diverses polutions et surtout la péche industriel dans les estuaires ont rapidement mis à mal ces fantastiques remontées des migrateurs.

 

Retour en haut de page

 

•••

 

Sa pêche est une des plus passionante qui soit, en effet ce poisson est très lunatique, un jour (de plus en plus rare) il prendra votre mouche presque à chaque lancer, et le lendemain il les ignorera, même si la présentation est parfaite.

Dans l'assiette, l'ombre est délicieux et dégage comme une odeur de thym très particulière.

 

L'ombre commun

Ce poisson porte également le surnom de "porte-étendard", en raison de sa volumineuse et chatoyante dorsale. En matière de rivière, il semble que les rivières assez larges et profondes aient sa préférence, comme la Dordogne et certaines rivières de Franche-Comté.

Grégaire l'ombre passe une bonne partie de son temps collé sur le fond mais il s'intéresse également aux éclosions et gobe volontiers un insecte dérivant à la surface de l'eau. Étant actif tard dans la saison, il permet une pêche automnale sur les rivières de deuxième catégorie.

 

Retour en haut de page

 

•••

 

Le black-bass
 

Avec la truite, le black-bass est certainement le poisson d'eau douce le plus répandu un peu partout dans le monde. En Europe, il s'est parfaitement acclimaté en Espagne et en Italie et a très bien réussi dans les grands lacs marocains.

Le succès de la pêche du black tient au fait qu'il mord à pratiquement tous les leurres et appâts imaginables (lancer, mouche, vif, ver, cuiller, poisson nageurs, grenouille, divers insectes naturels ou artificiels)

Il possède une défense très spectaculaire et n'hésite pas à sauter hors de l'eau pour tenter de se décrocher.

Enfin, dans l'assiette, il est excellent.

 

Retour en haut de page

 

 

 

Les poissons de mer

Le bonefish

 

On trouve du Bonefish dans les zones tropicales et intertropicales des océans du monde entier. Le biotope de prédilection de ces poissons sont les zones soumis au balancement des marées peu profondes à fonds vaso-sablonneux appellés "Flats". Le facteur déterminant à leur venue sur ces flats étant la température de l'eau, 27 °C étant l'idéal pour espérer voir et éventuellement prendre un Bone.

 

 

 

 

Côté pêche à la mouche, le bonefish ressemble à la truite par sa faculté à devenir selectif et méfiant. En effet, dans les secteurs ou il est soumis à une forte pression de pêche (keys de Floride, Bahamas) il est certainement le poisson le plus difficile à faire mordre.

Au contraire dans d'autres endroits du globe comme Cuba, Los Roques au Venezuela, ou encore aux iles Christmas au large d'Hawaï, il est possible à un bon pêcheur accompagné d'un bon guide de ferrer une trentaine de bonefish par marée.

Une fois férré un Bonefish démarre comme un sprinter et vous arrache au minimum cinquante mètres de backing, à la vitesse d'un thon ou d'un marlin ; là ou s'est vraiment impressionnant, c'est que cette accélération peut se produire dans trente centimètre d'eau.

L'important alors quand vous avez 100 mètre de fil dehors est d'éviter le contact du bas de ligne avec un coraux ou une pousse de palétuvier, si c'est le cas le bonefish se rendra complétement "vidé" après 2 ou 3 autres rushs.

 

 

Retour en haut de page

 

•••

 

Le permit
 

 

Poisson très peu connu des pëcheurs européens, le permit est surtout pêché par les spécialistes américains des keys de floride, ou il est considéré comme l'un des plus grand poissons de sport de tous les océans.

En effet, livre pour livre, le permit n'a pas d'équivalent dans le monde des poissons. Côté démarrage au ferrage et vitesse de course, le permit est l'équivalent du bonefish, mais là ou le bone sera exténué après 200 m de sprint, le permit ralentira à peine sa course folle après 500 m, voir 1 km sur les immenses flats. Autant dire que sans un frein bien réglé et un guide qui démarre au quart de tour le bateau pour suivre le poisson, difficile de réaliser l'exploit de sa capture.

 

Retour en haut de page

 

•••

 

 

 

 

Le tarpon

Pour beaucoup d'experts de la pêche, prendre un tarpon de plus de cent livres, à la mouche, dans l'eau cristalline d'un flat, est le suprême challenge. Sa défense est un mélange de force brutale, de sauvagerie primitive, d'explosion et d'endurance dont le pêcheur sort rarement vainqueur. Au bout d'une ligne, les contorsions dont cette masse musculaire à la carapace argentée est capable n'a pas d'équivalent dans le monde des poissons. Sans élan et dans une profondeur d'eau où un marlin ne saurait pas nager, le tarpon est capable de se propulser dans les airs de plusieurs mètres.

L'actuel record mondial du tarpon pris à la ligne est d'environ 130 kg capturé en 1956 dans le lac Maracaibo au Venezuela. A la mouche, l'actuel record est de 188 livres, mais plusieurs pêcheurs dignes de foi ont tenu dans les keys de floride des poissons supérieurs à 200 livres.

ee

 

 

 

Retour en haut de page